Raden Saleh

Raden Saleh Sjarif Bastaman, dit Raden Saleh, descendant d’une famille de régents javanais nait en 1811 à Terbaya, près de Semarang, sur la côte nord de l’île de Java.

Dès ses dix ans, son oncle, le préfet de Semarang l’envoie à Jakarta où il fréquente l’école néerlandaise, ce qui lui permet d’intégrer, dès son plus jeune âge, les cercles européens. Le peintre belge Antoine Payen, venu à Java pour peindre des paysages destinés au ministère des Colonies des Pays-Bas, remarque le talent du jeune peintre indonésien. Sous son aile, Raden Saleh se voit enseigner les techniques de la peinture européenne. Convaincu du potentiel de son élève, Antoine Payen le pousse à étudier aux Pays-Bas dès 1829.

A l’occasion de ce séjour, et dans le domaine de la peinture, Raden Saleh est l’élève du peintre-portraitiste Cornelis Kruseman et du peintre-paysagiste Andreas Schelfhout. Fort de ces apprentissages, Raden Saleh commence à se voir reconnaître une certaine notoriété, et expose à La Haye et Amsterdam.

Saleh voue une admiration inconditionnelle aux Romantiques, et notamment à Delacroix. Il s’en inspire et développe une réputation particulière pour les sujets orientaux exotiques tels que les chasses aux animaux.

Il vit en Hollande jusqu’en 1839, et reçoit des commandes privées pour des portraits, des paysages marins et des dessins d’animaux.

En 1839, le gouvernement néerlandais décide de l’envoyer en étude dans toute l’Europe  pendant six ans. Il s’installe finalement à Dresde, où il demeure pendant quatre ans. Contrairement à la Hollande conservatrice, où il est considéré comme un produit du talent du patrimoine colonial hollandais, l’Allemagne, au contraire, le voit comme un personnage fascinant, cultivé et exotique.

En 1851, il rentre finalement aux Indes néerlandaises où il devient le peintre portraitiste de la société aristocratique de Java. Ce n’est qu’en 1875 qu’il revient en Europe pour un court séjour de trois ans avant de regagner Java en 1878.

Le peintre aura vécu pendant une vingtaine d’années en Europe, se forgeant une réputation de portraitiste et de peintre d’animaux le mettant en lumière sur la scène artistique de l’époque, si bien qu’il se verra qualifié de « Peintre du Roi des Pays-Bas ».

Découvrez également

Expertise en ligne

Nos contacts

Recevoir les E-Catalogues
Suivre l'actualité du département

Prochaines ventes Peintres d'Asie

Résultats ventes Peintres d'Asie