Lin Fengmian

Lin Fengmian apprend les techniques de la peinture traditionnelle chinoise dès son plus jeune âge et vend sa première œuvre à tout juste 9 ans. Il se trouve à Shanghai en 1918 lorsqu’il entend parler d’un programme d’étude en France et s’y précipite la même année. Il se passionne alors pour les peintres occidentaux qu’il étudie d’abord à Dijon puis aux Beaux-arts de Paris et découvre avec émerveillement les collections du Louvre et du Musée Guimet.

Son aventure européenne se poursuit à Berlin en 1923 et, l’année suivante, il fait part de son désir de marier l’art occidental à l’art asiatique en présentant une quarantaine de ses œuvres à l’Exposition Chinoise d’Art Ancien et Moderne à Strasbourg. Le peintre a trouvé son style personnel, sa mission en tant qu’artiste et retourne en Chine en 1925 où il devient président de l’Académie Nationale des Arts de Beijing et Directeur de l’Académie des Arts de Hangzhou. Il ne cesse de se remettre en question, s’interrogeant en parallèle sur l’avenir de l’art en Chine. Il jouera un rôle essentiel dans le développement de l’art contemporain chinois et sera le professeur de certains des plus grands artistes du XXe siècle tels que Zao Wou Ki et Chu Teh Chun. Les idées de Lin Fengmian sur la fusion entre art occidental et art chinois sont si révolutionnaires qu’elles lui vaudront d’être persécuté lors de la révolution culturelle. En effet, les couleurs vives de sa palette et son sens de la composition rappellent la peinture européenne des Fauves et des Cubistes. De plus il privilégie l’utilisation d’un format carré plutôt que les traditionnels longs rouleaux de calligraphie. L’art chinois accorde une importance toute particulière au vide que les artistes aiment parfois combler avec un poème. On remarque comme Lin Fengmian rompt avec cette tradition millénaire dans « La lecture » et « La jolie musicienne ». Pour le premier, l’artiste délimite sa composition à l’aide de deux bandes noires sur les côtés afin que le regard se porte sur son modèle au centre et dans le second, il propulse la musicienne vers l’avant grâce à un cadrage très serré et au feuillage qui l’entoure. Tout l’espace pictural est donc mis à profit comme pour ses sublimes paysages dont les montagnes, les arbres et les petites habitations occupent les quatre coins du papier.

L’Opéra chinois avec ses costumes flamboyants et ses gestes expressifs l’inspire beaucoup, tout comme les couleurs, le dynamisme et l’énergie des œuvres cubistes qu’il avait vues en France. Il décide alors d’employer une palette beaucoup plus occidentale, et donc révolutionnaire, dans le choix des couleurs. Avec « La Lecture » par exemple, les teintes éclatantes de rose, bleu et blanc se heurtent aux larges touches de noir, l’œuvre s’illumine et prend vie. Lin Fengmian peint sans hésitation, ses traits sont vifs et précis, le résultat est d’une perfection stupéfiante. Si le traitement du sujet se rapproche de l’art occidental, le sujet en lui-même est résolument inspiré de la tradition chinoise. Notre peintre reste très attaché au papier de riz et à l’encre par exemple. Cette dernière est beaucoup plus limitée que l’huile lorsqu’il s’agit de représenter les couleurs et les textures. Mais le brillant artiste réussit à varier l’épaisseur des couches d’encre et apporte ainsi à sa peinture une dimension, une lumière et une profondeur nouvelle.

De plus, l’admiration de Lin Fengmian pour la porcelaine translucide de la dynastie des Song est visible ici dans le voile de soie blanche des deux femmes. Le tissu est léger, flottant, vaporeux tout comme les magnifiques nuages cotonneux de ses paysages. La nature est un thème récurrent dans la peinture chinoise et le paysage est considéré comme le plus noble des sujets. En effet, la montagne et l’eau constitueraient l’essence même d’un tableau. On notera d’ailleurs que le mot paysage en chinois signifie « montagne et eau ». Lin Fengmian veille à bien conserver ces éléments tout en leurs apportant des couleurs vives, presque acidulées qui témoignent de son engouement pour la palette occidentale. De ses paysages fabuleux se dégage une atmosphère sereine et paisible, fruit de la touche légère et poétique de l’artiste. C’est en puisant son inspiration aussi bien dans l’art occidental que dans l’art chinois traditionnel que Lin Fengmian parvient à se créer un style unique, reconnaissable parmi des milliers. Les historiens de l’art ne trouvent aucun mal à s’accorder sur le génie de ce peintre et n’hésitent pas une seconde à l’identifier comme étant le père de la modernité chinoise.

Découvrez également

Quelques enchères DE Lin Fengmian

Expertise en ligne

Nos contacts

Recevoir les E-Catalogues
Suivre l'actualité du département

Prochaines ventes Peintres d'Asie

Résultats ventes Peintres d'Asie