Jean Royère

Jean Royère (1902-1981)

Jean Royère débute sa carrière de décorateur-ensemblier dans les ateliers d’ébénisterie du Faubourg Saint-Antoine à Paris. C’est son décor en métal chromé de la brasserie Le Carlton sur les Champs-Elysées qui le lance, révélant ainsi son goût pour l’esthétique épurée de l’avant-garde.
Il se voit confier en 1934 la responsabilité d’une section de mobilier contemporain par le fabricant de meubles Pierre Gouffé. Ce dernier lui permet d’exposer au Salon d’automne, puis au Salon des artistes décorateurs. L’Exposition internationale de Paris en 1937 consacre Royère comme l’un des décorateurs les plus originaux et les plus créatifs de son époque.
Après-guerre il prône le retour à l’ornement pour tous, tout en se souciant des modes de vie de ses contemporains. Il dessine « des meubles pratiques, légers, sainement construits et sans fanfreluches ». Ce qui lui permet de se démarquer et de se constituer une clientèle internationale, plus intéressée par le « style moderne ». Il conçoit ainsi des décors d’hôtels ou de banque au Liban, des villas au Pérou ou en Tunisie, des palais en Iran ou en Egypte. En France, il assoie sa notoriété avec de grandes commandes publiques ou privées, dans lesquelles il déploie sa liberté de création, alliant couleurs vives et formes organiques aux bois précieux (ébène de Macassar ou palissandre).
L’apogée de sa carrière, se situe dans les années 1950 et 1960 avec des créations colorées, aux lignes sinusoïdales. Il s’emploie à utiliser des matériaux simples (le métal tubulaire, le rotin, le chêne cérusé ou la paille en marqueterie) qu’il sublime avec des couleurs chatoyantes ou des formes poétiques.
Il met fin à sa carrière en 1972 et choisit de s’installer définitivement aux Etats-Unis.

Demander une expertise en ligne

Découvrez également

Quelques enchères DE Jean Royère