Jean Prouvé

Jean PROUVÉ (1901-1984)

Fils de Victor Prouvé, membre de l’Ecole de Nancy, le ferronnier Jean Prouvé poursuit le métier de son père. Après sa formation dans les ateliers de ferronnerie d’Emile Robert et Szabo, il crée son propre atelier à Nancy en 1924.
Il se tourne cependant vers le modernisme en produisant ses premiers meubles en tôle d’acier pliée et acier inoxydable. En 1929, il est l’un des membres fondateur de l’U.A.M. (Union des Artistes Modernes) et fonde ses propres ateliers de construction métallique « Les Ateliers Jean Prouvé » à Nancy.
De nombreux projets de meubles voient le jour dans les années 30 ainsi que les premiers éléments architecturaux préfabriqués, à l’ exemple de la « Maison du Peuple » en 1939 (en collaboration avec les architectes Eugène Beaudoin et Marcel Lods, et l’ingénieur Bodiansky), qui fait sensation par sa structure en acier et en verre. La même année, il développe un système de cloisons mobiles et conçoit une maison métallique sur pilotis, fabriquée en série pouvant être assemblée avec facilité et rapidité.
En 1934, il invente la première chaise de type Standard. Utilisant la tôle pliée et le tube d’acier, l’assise est alors fonctionnelle, simple et le confort ergonomique. Jean Prouvé est aussi l’un des premiers constructeurs français à réaliser des façades suspendues, comme à l’aéroclub Roland-Garros à Buc, qu’il construit en 1935 sur les plans de Beaudoin et de Lods.
Pendant la guerre, du fait de la rareté de l’acier, les meubles sont fabriqués en bois, et les maisons préfabriquées voient le jour. A partir de 1940, Jean Prouvé est membre de la Résistance et après la libération de Nancy, il crée et construit des maisons pour les populations déplacées. Au cours de l’hiver 1954, il met au point une maison démontable pour l’Abbé Pierre, qui avait lancé un appel en faveur des sans-logis. Pour Le Corbusier, c’est « la plus belle des maisons ».
En 1947, il met en place la fabrique « Maxéville » où 200 employés produisent des maisons et des écoles préfabriquées en plus des meubles. Un département consacré au mobilier voit le jour en 1949. Steph Simon se charge de la commercialisation en exclusivité. Dans les années 1980, Jean Prouvé continue à développer la conception de ses meubles. Il meurt à Nancy en 1984.

Demander une expertise en ligne

Découvrez également

Quelques enchères DE Jean Prouvé