Alexandre Noll

Alexandre Noll (1890-1970)

Alexandre Noll a consacré sa vie au travail du bois. Il en a fait son moyen d’expression. Rien ne semblait pourtant l’y prédestiner, si ce n’est une compréhension instinctive de ce matériau vivant.

Né à Reims de parents alsaciens, il est mobilisé lors de la première guerre mondiale et fait la connaissance de Lucien Jacques, qui possède un atelier de gravure sur bois. C’est cette rencontre déterminante qui va changer le destin de Noll.

Au sortir de la guerre, il entreprend de travailler le bois pour gagner sa vie. De 1920 à 1925 il tourne des manches d’ombrelles et de parapluies, fait des pieds de lampes gravés ou des tabatières.

A l’Exposition Internationale de 1925, il présente des laques gravées, puis expose de petits objets incrustés d’ivoire ou de nacre, aux salons d’Automne et des Artistes Décorateurs. Il est alors remarqué par Paul Poiret, qui lui passe commande. Il participe à l’Exposition de 1937 et prend une part importante au Salon des Décorateurs de 1939.  En 1943 ses premiers meubles sont présentés à la Compagnie des Arts Français.

Ses tous premiers objets usuels, plateaux, coupes ou boîtes sont déjà des sculptures à part entière, taillés à la gouge ou aux ciseaux à bois, puis polis et lustrés.

A rebours des tendances, et au moment où la standardisation et la fabrication en série connaissent leur apogée, il va s’attacher à créer des pièces uniques, du mobilier artisanal façonné à la main, dans des essences variées. Chaque essence de bois est magnifiée, sans en dissimuler les veines, accidents ou nœuds. Il travaille la matière pure, sans la moindre adjonction de colle ou de métal. Il créé des « arbres-meubles » aux silhouettes anthropomorphes, sculptés en taille directe dans le bois massif.

Pour exprimer son art, Noll a inventé des signes, des rythmes, des volumes, des oppositions de pleins et de vides auxquels le bois prête sa réalité formelle.

Demander une expertise en ligne

Découvrez également

Quelques enchères D' Alexandre Noll